13/20 Le juge Wilk était ouvertement biaisé contre W. Allen

Le juge Wilk, qui présidait le procès pour la garde des enfants était marié à une avocate féministe plaidant la cause des femmes et des enfants. En raison de la relation de Woody Allen avec Soon-Yi Previn, la fille adoptive de 21 ans de Mia Farrow, le juge Wilk était ouvertement partial contre lui.

En raison de la relation de Woody Allen avec Soon-Yi Previn, le juge Wilk était ouvertement biaisé contre lui.
Sélectionnez l’image pour voir les 20 faits indéniables en un seul coup d’oeil.

Allen c. Farrow (1993) – Juge Wilk – Cour Suprême

Le juge Wilk était ouvertement biaisé contre Woody Allen

À cause de la célébrité de Woody Allen et parce qu’il ne montrait aucun remords à propos de sa relation amoureuse avec Soon-Yi Previn, la fille adoptive de Mia Farrow, les conclusions du juge Wilk sont faussées par une révulsion à peine dissimulée à son égard.

Le juge Wilk était mariée à une avocate “plaidant la cause des femmes et des enfants”.

Le juge Wilk était tellement hostile à Woody Allen qu’il a trouvé des raisons de contester TOUS les témoignages disant qu’il n’avait pas sexuellement abusé Dylan: le Dr Susan Coates (une femme), le Dr Nancy Schultz (une femme) et le Yale-New Haven hôpital (l’enquête du Yale-New Haven hôpital a été menée sur une période de six mois par le Dr Leventhal, un pédiatre; le Dr Julia Hamilton, qui a un doctorat en travail social; et Mme Jennifer Sawyer, qui a une maîtrise diplôme en travail social.).

Il a également contesté Richard Marcus, ancien chef du Manhattan Sex Crimes Unit, appelé et payé par Woody Allen.

Il a partagé l’avis de l’expert appelé et payé par Mia Farrow, le Dr Stephen Herman, qui a trouvé le rapport Yale-New Haven erroné. Mais il a «oublié» l’opinion du Dr Anne Meltzer, une psychologue appelée et payée par Woody Allen, qui a témoigné à plus de 200 procès. La Dre Anne Meiltzer a déclaré qu’elle pensait que le rapport avait été fait de manière “approfondie et sensible”. “Ils sont parvenus à des conclusions qui étaient bien étayées par les données qu’ils ont collectées”.

Lorsque Woody Allen a co-adopté Dylan et Moses en décembre 1991, Mia Farrow a écrit un affidavit – fait 6/20 – certifiant que Woody Allen était “bien plus un père que la plupart des pères naturels le sont ou choisissent de l’être” et qu’il est “un homme aimant, attentionné, parent attentif à Dylan et elle ne peut que bénéficier de l’avoir comme père adoptif. Il a agi en tant que père de Dylan presque depuis sa naissance et son adoption par moi… .Il est présent avec nous pendant presque toutes les heures de veille de Dylan.” Cependant, le juge Wilk a déclaré sans plus d’explications à propos de cet affidavit qu’il était “mal placé” et “je lui accorde peu de poids”.

Fait précédent et fait suivant

Deux équipes indépendantes d’experts en abus sexuels de deux États différents ont conclu que Dylan Farrow n’était pas crédible.

Deux équipes indépendantes d'experts en abus sexuels de deux États différents ont enquêté sur l'allégation de Dylan Farrow par Woody Allen pendant des mois et l'ont déclaré infondée.
Deux équipes indépendantes d’experts en abus sexuels de deux États différents ont enquêté sur l’allégation de Dylan Farrow par Woody Allen pendant des mois et l’ont déclarée infondée.

Selon le document de la Cour suprême, le comportement inapproprié de Woody Allen à l’encontre de Dylan Farrow ne concernait pas l’allégation d’abus sexuel.

Selon le document de la Cour suprême, le comportement «grossièrement inapproprié» de Woody Allen à l'encontre de Dylan Farrow ne concernait pas l'allégation d'abus sexuel.
Selon le document de la Cour suprême, le comportement «grossièrement inapproprié» de Woody Allen à l’encontre de Dylan Farrow ne concernait pas l’allégation d’abus sexuel.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *